Quand l’art et la politique ne font qu’un !


Dans une impasse de l’avenue Raymond Poincaré, comme le titre d’un livre signé par nos deux contemporains Pascal Bruckner et Alain Finkielkraut « Au coin de la rue, l’aventure », résume en quelques mots, le monde et l’univers artistique de Natacha Dassault. Pour sa quatrième édition, dans son antre dédié aux arts, elle nous offre un voyage ethnique, intemporel et saisissant dans des univers contrastés où dans la pièce principale le sens de sa quête prend forme. L’art Africain trône tel un Roi Dogon s’affirme et se mêle audacieusement au street art.                                           A669C16D-8337-4388-8D94-380077E4C8FA6912E9CC-CD7D-45E0-A888-FD837AE38F20De Kouka à Olivier Dassault, la politiqu’art est omniprésente que le message soit sur la beauté immanente de notre monde ou représentatif des maux de notre société.                                                                               Une âme ensorceleuse s’est bel et bien emparée de ce lieu où nos émotions se bousculent, se heurtent puis s’émerveillent de tant de beauté et de générosité. Esprit d’intérieur es-tu là ?                  Nul doute que les fées de l’art ont adoubé cette divine galerie qui marque aujourd’hui son empreinte.
Un pari réussi pour NAG Not a Gallery qui signe ici sa plus belle exposition !                                             Not a Gallery 104 AvenueRaymondPoincaré de 10h00 à 18h00 uniquement sur RDV                     L’exposition aura lieu du 13 octobre au 10 novembre 2017 en partenariat avec la fondation Montresso Art Foundation – Jardin Rouge

Vendredi noir,

Je n’oublierai jamais ce Vendredi 13 Novembre 2015,
Je pense et je penserai à tout jamais, à tous ces enfants, ces jeunes, ces familles qui sont pour moi des frères perdus dans un combat auquel il n’avait pas décidé de participer.
A ma France, à tous mes Frères !

J’ai rêvé de me réveiller ce matin et de me dire que tout simplement que ce que j’avais vu, hier, dans les news, n’était qu’un cauchemar, l’objet de mon imagination et que le clap de fin s’annoncerait au petit matin.
J’ai espéré que le concert du groupe Eagles of Death Metal se terminerait et qu’on rallumerait les lumières et que la foule, transpirante, sortirait heureuse d’avoir pu voyager au rythme du son des guitares.
Je me réjouissais de les voir heureux, de scruter les sourires sur les grands boulevards de Paris. Une jeunesse qui vit, qui bouge, qui s’éclate qui aime la vie ce don le plus sacré.
Et puis je me suis réveillée, j’ai ouvert les yeux, un instant j’ai voulu nier la réalité.

J’ai repoussé ce téléphone, impossible d’appuyer sur un site d’actualité puis j’ai pressé le bouton et fut éclaboussée par cette vision d’horreur.
Ce massacre avait bien eu lieu je ne pouvais plus nier l’évidence.
On a décimé la vie, des vies, celle d’innocents ne souhaitant qu’une chose, célébrer la vie !

Je ne souhaite pas écrire sur les moments qui ont suivi, on est tous des humains mais j’ai pris conscience que l’homme est un loup pour l’homme.
Mon coeur a saigné de douleurs, je pleure tous ces êtres disparus au nom de l’ignorance, difficile pour moi de trouver des réponses à ces actes.
Je ne leur accorderai pas de pardon, ni n’essayerai de comprendre les raisons qui les ont poussées à commettre ces ignominies.

Je ne parlerai pas de ces terroristes, ils ne méritent pas de mots, pas de qualificatifs. Comme le disait si bien Desproges : « Le martyre est la seule façon de devenir célèbre quand on n’a pas de talent ».
Cette France que j’aime, je chéris à chaque instant, on l’a attaqué, on nous a attaqués, ce sont des larmes de sang qui ont coulé sur mon visage.
Il faut se tenir debout, ne rien lâcher et vivre avec l’esprit qu’on ne renonce à rien surtout pas à notre liberté, celle qu’ils ont voulu bafouer à coup de kalachnikoff.

Tout ce que je sais, c’est que la France, cette chère et tendre France a accueilli mes parents comme une mère, leur a permis de vivre, de se construire un avenir meilleur et d’élever leurs enfants dans le respect en leur inculquant les valeurs fondamentales de la République.

Je n’oublierai jamais ce Vendredi 13 Novembre 2015,
Je pense et je penserai à tout jamais, à tous ces enfants, ces jeunes, ces familles qui sont pour moi des frères perdus dans un combat auquel il n’avait pas décidé de participer.
A ma France, à tous mes Frères !

Emmanuel Macron : Le Kennedy français ?

Fraîchement nommé au Ministre de l’économie. Le New York Times a publié sur son site un portrait élogieux intitulé : « Emmanuel Macron, le nouveau visage du socialisme français ».

Macron Ministre
Macron, Ministre de l’économie

Le New York Times a publié sur son site un portrait élogieux intitulé : « Emmanuel Macron, le nouveau visage du socialisme français ». Emmanuel Macron est chic, le costume impeccable et ses cheveux châtains sont au garde à vous, pas une mèche ne dépasse…Le « bogoss » de la politique si on en croit le très sérieux NY Times est un cru exceptionnel comme un un vin unique tel le « Romanée Conti 1985 ». Macron s’offre, actuellement, une bataille sans relâche contre les professions réglementées. Il nous promet une libéralisation de l’économie loin du programme de la gauche et de l’ennemi public du Bourget « La finance »…Mais ils affrontent à la fois les réformés mais aussi les frondeurs à l’intérieur du parti qui ne lui reconnaissent aucune valeur de gauche. Va-t-il résister à cette fronde interne, l’avenir nous le dira…

Fashion tweet : vu sur twitter Elégance parlementaire

La France, vitrine mondiale de la mode, de l’élégance, du goût toujours sûr. Vous connaissez la modestie française, ce sens de la mesure qui fait notre charme…. Il y a quand même un endroit où des progrès très nets restent à faire…. C’est à…l’Assemblée Nationale.
Il suffit de regarder parfois les débats pour constater que Mesdames et Messieurs les Députés, quelle que soit leur couleur politique, ont quelques déficits en matière d’élégance, d’harmonie, de choix des couleurs.

les gendarmes àSaint-TropezMr Aubert

 

Monsieur le Député Aubert, où avez-vous trouvé ce costume 3 pièces qu’on croirait sorti d’un tableau impressionniste ?
Peut-être pensez-vous le rapprochement flatteur ? Il n’en est rien !Ou alors sachant qu’aujourd’hui vous alliez défendre dans l’hémicycle les professions réglementées, vous avez décidé d’endosser la tenue du notable de province (ou du Gendarme de Saint-Tropez, au choix), pas fringant, frigant….Décidément vous n’avez ni le canotier pour nous jouer le tableau de Renoir au bord de Seine, ni le costume sombre du notaire accompli.Et votre costume ne nous rappelle aucune scène culte du film culte ci-avant cité ! 
#notable  #impressionnisme #gendarmedeSaintTropez

 

 

Les prénoms de la discorde !

Les parents de « Nutella » n’ont pas pu tartiner la biscotte du juge quant il a pris la décision ferme de ne pas enregistrer ce prénom à l’état civil. Une situation qui se produit chaque année, il y a la saison du blanc et celle des prénoms loufoques. Vous donnez un petit florilège des prénoms recalés, montre à quel point la bêtise et l’aberration est au rendez-vous : Patriste, Joyeux, Folavril, Titeuf, Fleur Deschamps, Berk, Pils ou encore Dieu Samène, j’en passe et des meilleurs…Un tumblr de “La ligue des officiers d’état civil” les comptabilise et c’est du caviar !

Comment expliquer à un enfant que ces parents, dans un grand élan de générosité euh pardon de folie l’ont affublé du prénom Nutella ? Elle fera assurément l’objet de railleries, de quolibets dans la cour d’école. J’entends d’ici les enfants lui dire « Nutella, tu en tiens une sacrée couche », « Pas la peine d’en faire des tartines Nutella »…bref, une dédale d’expression qui empêcherait son épanouissement et une certaine tranquilité.

Rappelons tout de même que le nutella est une vulgaire pâte à tartiner, bas de gamme, faite avec de l’huile de palme et dont la composition est gardée précieusement par le groupe Ferrero, pour des raisons d’éthique alimentaire…On ne choisit pas un prénom à la légère, il a eu souvent un passé, une histoire, un vécu.                   Un conseil, pour bien choisir un prénom, une panoplie de sites pullulent sur le net, originalité assurée !

Oui, un blaze c’est pour la vie !

Il est parfois déterminant pour une carrière et la discrimination s’arrête parfois à la consonance d’un prénom. Pensez à vos chérubins avant qu’il ne soit trop tard !

Depuis la loi du 8 janvier 1993, l’officier d’état civil ne peut refuser d’inscrire un prénom, il a uniquement la possibilité d’avertir le procureur de la République. Le juge aux affaires familiales décide si le prénom est  “contraire à l’intérêt de l’enfant”. En cas de refus ou de désaccord avec les parents, c’est même le juge qui choisira un nouveau prénom pour l’enfant. Pourvu que, lui, n’ait pas une passion pour les calissons ou les Mikado !

Pour la petite  « Fraise », le rejet se transformera en « Fraisine », prénom usité déjà au 19ème siècle. Mais signalons, tout de même que les prénoms fruités comme « Prune », « Cerise », « Clémentine », »Framboise », « Myrtille »ont la côte et se fondent désormais dans la masse des prénoms ordinaires.

 Un sujet polémique mais évitons comme le film d’Alexandre de la Patellière et Mathieu Delaporte que le choix d’un prénom provoque un chaos familial !

Jacqueline Bijou

Interdiction des feux de cheminées à Paris : Il n’y a pas le feu au lac !

La guerre du feu est déclarée ! Histoire d’echauffer les esprits, la dernière décision stupide en date qui devait s’appliquer en début d’année 2015 devait mettre un « Haro » définitif sur les feux de cheminées, à Paris et en Ile-de-France.

 

La guerre du feu est déclarée ! Histoire d’echauffer les esprits, la dernière décision stupide en date qui devait s’appliquer en début d’année 2015 devait mettre un « Haro » définitif sur les feux de cheminées, à Paris et en Ile-de-France. L’étude d’ AirParif montrerait que le chauffage au bois jouerait un rôle non négligeable dans la production de particules fines : au moins 23%, soit autant que la pollution automobile. Cette étude ne suffira pas à ratiboiser des feux de cheminées existant depuis la nuit des temps. Il est interdit d’interdire, notre « feu » Jean Yanne  serait d’accord, l’écologie oui mais pas à n’importe quel prix !

Une intervention « Royal » immédiate 

Notre Ségolène Royal internationale ne fit pas long feu pour exprimer son courrou et sans langue de bois a affirmé : «Il faut être un peu raisonnable, je ne suis pas favorable à une société des interdictions. J’encourage en tant que ministre de l’Écologie le chauffage au bois. La France est quand même la quatrième forêt européenne […] il y a des poêles de chauffage au bois qui sont très performants». (d’ailleurs je vous recommande Bûches & Granulés, un expert en la matère). La flamme brûlera encore dans nos chaumières, c’est la Ministre de l’écologie qui déterminée, abrogera cette décision punitive.

Vive Ségolène ! Les feux de cheminée pourront encore « briller de mille feux ». L étude qui a mis le feu aux poudres sera rangée à tout jamais dans un tiroir et ressortie pour l’occasion en cas d’alerte à la pollution tel un fantôme…

Il ne faut pas faire feu de tout bois, pour eradiquer un mode de chauffage qui ne pollue pas vraiment plus que le nucléaire, le charbon, le gaz. C’est une atteinte à un art de vivre ! Flamber des fagots de bois et entendre ses crépitements langoureux, cela date de la guerre du feu au moins…

Le feu à travers les âges 

Le feu est un symbole puissant pour l’humanité, objet d’adoration d’un grand nombre de peuples et de tribus notamment dans les rites monothéistes. Synonyme de progrès, il a permis aux peuples de se nourrir, de développer leurs capacités intellectuelles avec la cuisson des aliments et de se chauffer naturellement pour vaincre les hivers rigoureux.

Le « feu chantant »

Alors, pourquoi s’enflammer et échauffer les esprits pour quelques amoureux et adeptes des feux de cheminées qui brûlent d’impatience, le soir venu, de se lover délicatement dans un plaid en regardant le spectacle fabuleux et les couleurs chatoyantes de l’embrasement du bois.

L’ecologie punitive n’aura pas eu lieu, « allumons le feu », un  plaisir auquel on ne renoncera pas !

Jacqueline Bijou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La légion du « bonheur »

Comme le veut la tradition, le 1er janvier est l’occasion de « distribuer » et le mot est faible la plus haute décoration de la République. Une coutume touchée par la croissance, elle, ne terminera pas l’année avec des chiffres en berne. Nicolas Sarkozy surnommé « le décorateur de l’Elysée » fit la promotion de 829 personnes en 2012 contre 691 en 2014.

LEGION D HONNEUR CHIEN
 
Comme le veut la tradition, le 1er janvier est l’occasion de « distribuer » et le mot est faible la plus haute décoration de la République. Une coutume touchée par la croissance, elle, ne terminera pas l’année avec des chiffres en berne. Nicolas Sarkozy surnommé « le décorateur de l’Elysée » fit la promotion de 829 personnes en 2012 contre 691 en 2014.

 La légion dévoyée, prisée par des personnalités de tous genres 

Pourquoi cette course à la légion d’honneur ? Quel est cet engouement viral pour cette médaille ? Une « liste à la Prévert » s’impose pas loin d’un million d’épinglés avec de belles surprises comme Franck Namani, inconnu au bataillon, tailleur de costard sur mesure de notre précédent Président,  Stone & Charden et puis Mimi Mathy, le dernier cru en date. Connue sous le nom de « Joséphine Ange gardien »,actrice d’une fiction diffusée sur TF1, elle nourrit de bons sentiments, bravant généreusement des êtres cupides, méchants et arrive à réconcilier la terre entière. Un emploi fatiguant, certes, mais est-ce vraiment suffisant pour lui attribuer cette médaille, qui attend de ses « épinglés », d’autres vertus.

 Une médaille embourgeoisée qui en a gros sur le ruban

Un retour vers le passé s’impose, Napoléon Bonaparte créa cet ordre, en mai 1802 pour récompenser les mérites éminents , militaires ou civils rendus à la Nation. En quelques mots, de grands gaillards partis aux fronts défendre les couleurs de la France, des politiciens, des Généraux ayant effectué des actes patriotes. Même le Général De Gaulle, qui tenait à garder un sens à cette décoration, flairant l’imposture, décida d’agir, pour éviter qu’elle ne se galvaude, en vain…

La légion d’honneur a perdu son âme à force de  générosité indécente et de consensus mou. Devenue « hype », la « possèder » revient à avoir le dernier « it bag », un phénomène de mode qui touche autant  les VIP, les stars, les politiques…Tout le monde veut sa légion, se l’arrache à coup de piston et c’est « open bar ». L’idée étant de ne pas frustrer des vedettes en devenir, des artistes en bout de chaînes, des politiques avides de reconnaissance. A quand La légion d’honneur attribuée à Nabilla, dextérité oblige ? Ne riez pas, cela pourrait arriver plus vite que prévu !

Sand, Maupassant, Camus, Simone de Beauvoir, Georges Brassens et le dernier en date Thomas Piketty font figure de « punks anarchistes ». Avoir eu l’audace du refus, a rendu un instant la « sacralité » de cette médaille, son esprit d’antan. Une tendance contraire, rafraîchissante qui met en exergue à la fois la caducité imminente de cette « jolie breloque » ou l ‘espoir d’une possible réhabilitation. Espérons qu’elle ne sombre pas définitivement dans l’océan des cupidités !

Jacqueline Bijou

 

[column width= »12″ align= »center »]

[section_title align= »center » text= »Like & Share »]

[social_icon_wrap]

[social_icon type= »facebook » url= »https://www.facebook.com/pages/PoliticStilettos/1511463682464896″]
[social_icon type= »twitter » url= »https://twitter.com/Politicstiletto# »]
[social_icon type= »linkedin » url= »# »]
[social_icon type= »google-plus » url= »# »]
[social_icon type= »pinterest » url= »# »]
[social_icon type= »instagram » url= »# »]

[/social_icon_wrap]

[/column]

Crèche : La polémique de trop !

« Si tu ne sais pas où mettre ta crèche à Noël, le tribunal administratif de Nantes te le dira » ! Il a ordonné le Mardi 3 décembre, au conseil général de Vendée, de retirer de son hall d’entrée une crèche de Noël. C’est certainement aujourd’hui la polémique de trop ! Au nom de la laïcité doit-on faire table rase des traditions, une hérésie !

 « Touche pas à ma crèche »

 

« Si tu ne sais pas où mettre ta crèche à Noël, le tribunal administratif de Nantes te le dira » ! Il a ordonné le  Mardi 3 décembre, au conseil général de Vendée, à retirer de son hall d’entrée une crèche de Noël. C’est certainement aujourd’hui la polémique de trop ! Au nom de la laïcité doit-on faire table rase des traditions, une hérésie !

Noël 2014, tout s’annonçait plutôt bien, les guirlandes phosphorescentes qui piquent nos yeux s’accrochaient sur les devantures des magasins, la foule s’entassait à la recherche d’un cadeau commandé par nos chérubins sur des catalogues anonymes remplis de jouets « Made in China ».

Le 03 Décembre, patatra ! Une nouvelle tombe comme une bombe à retardement, le tribunal administratif de Nantes oblige le conseil général de Vendée de retirer sa crèche au nom de la laïcité. Les inculpés du jour, des récidivistes, « La Bande à Marie » composé d’un boeuf, d’un âne, de bergers, d’agneaux et de Marie, Jésus et Joseph!

Les bazoukas sont sortis, la polémique enfle ! Les laïcs, les cathos, la droite, la gauche, le FN, les musulmans, tout le monde y va de sa réflexion et de son analyse. Un imbroglio médiatique grandissant et une récupération politique par le FN pour couronner le tout !

Il est vrai que Religion et République crèchent ensemble depuis des siècles comme un vieux couple : elles s’accomodent, se déchirent, se rabibochent, s’embrassent pour mieux se retrouver. Leur séparation s’est faite dans l’amertume comme le souvenir d’un divorce douloureux pour une plus grande liberté ! Cependant, elles cristallisent encore la société et la polémique sur les crèches en est un exemple illustrant encore de vives tensions.
Pourquoi raviver des débats stériles ? As-t-on pensé un instant à ces crèches ancestrales, François d’Assise, du haut de son trône, se serait écrié dans un écho retentissant « Touche pas à ma crèche » lui qui mit en place en 1223, une des premières crèches vivantes, dans son église de Greccio, en Italie. Les personnages, qui n’étaient pas « intermittents du spectacle », je le précise,  étaient joués par les gens du village et les animaux étaient réels. Un joyeux folklore, l’occasion de rassembler les villageois et pour certains de jouer le rôle de leur vie, être Jésus ou le représenter un instant, cela ne se refuse pas !

Pourquoi mettre au chômage ces joyeuses mamies qui font crécher leurs marmots à Noël et organisent fièrement des visites guidées de crèches publiques ou qui Décembre venu, courent dans la remise rassembler les santons acquis depuis tant d’années, pour décorer et partager des moments chaleureux en famille. Des souvenirs indéfectibles pour les enfants qui voyagent au pays d’histoires inédites grâce à ses nombreux personnages.

Magie de Noël ou laïcité ? Un choix cornélien que nous impose cette République à qui l’on reproche aujourd’hui son passé !

Jacqueline Bijou

[row][column width= »12″ align= »center »]

[section_title align= »center » text= »Like & Share »]

[social_icon_wrap]

[social_icon type= »facebook » url= »https://www.facebook.com/pages/PoliticStilettos/1511463682464896″]
[social_icon type= »twitter » url= »https://twitter.com/Politicstiletto# »]
[social_icon type= »linkedin » url= »# »]
[social_icon type= »google-plus » url= »# »]
[social_icon type= »pinterest » url= »# »]
[social_icon type= »instagram » url= »# »]

[/social_icon_wrap]

[/column][/row]