La mode, une arme politique

Le XXI ème siècle, symbole de l’image et de l’instantanéité, a définitivement obligé le politique à prendre soin de son apparence et de son style. Déterminant incontestable pour gagner une élection, aurait-on pu penser qu’un jour, la mode réservée aux initiés, serait une arme fatale, parfois destructrice, agissant comme un critère déterminant dans une élection.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Le XXI ème siècle, symbole de l’image et de l’instantanéité, a définitivement obligé le politique à prendre soin de son apparence et de son style. Déterminant incontestable pour gagner une élection, aurait-on pu penser qu’un jour, la mode réservée aux initiés, serait une arme fatale, parfois destructrice, agissant comme un critère déterminant dans une élection.

JFK, un précurseur indiscutable

John Fitzgerald Kennedy reste un des présidents les plus stylés, digne et haut représentant de la  culture « preppy ». C’est l’Amérique triomphante, arrogante et jeune des années 60 qui rompt définitivement avec les codes vestimentaires américains. Exit les costume trois pièces à papa, les vestes à deux boutons (Brooks Brothers, qui a depuis nommé une ligne en son nom) s’imposent pour lui donner une allure svelte et sportive à notre  apollon révolutionnaire. C’est lui, qui décréta avant toutes les rédactions de mode, que l’accessoire sera « in » et indispensable à sa « garde robe » présidentielle. Les Ray-ban, le Borsalino, un rien l’habillait mais un rien c’était presque tout…Il troquait, dans ses moments d’intimités, le costume officiel pour revêtir le blazer en tweed, le pantalon chino et des mocassins de cuir…Devenu icône intemporelle de la mode, JFK s’est construit un look reposant sur la simplicité qui a su traverser le temps. Il aimait séduire par son charisme, sa nonchalance maîtrisée et galvaniser les foules et « les femmes » (clin d’oeil à sa passion démesurée pour la gente féminine) dans ses meetings. Un des premiers politiciens qui a réussi, à construire une relation de confiance entre lui et les américains en imposant également ses choix stylistiques.

L’avènement des médias « people » et la mise en lumière des politiques

En France, il a fallu attendre la Présidence de Nicolas Sarkozy et la surmédiatisation de son élection, pour voir apparaître, sans discrétion, son goût pour les montres de luxe et son addiction pour les costumes du tailleur italien Boglioli. Les médias scrutent, décomposent, déshabillent ses ministres, citons l’épisode des crocs roses de Roselyne Bachelot au conseil des Ministres en 2008 qui fit la une d’une certaine presse…NKM, Fleur Pellerin ne le cachent pas, elles font appel à des consultants et les vêtements font désormais partie de leur stratégie de communication. Les habits du pouvoir sont une arme politique à ne pas négliger, l’ex ministre Rachida Dati en a fait sa marque de fabrique et une arme de séduction. En une de Paris-Match , dans sa robe Dior  panthère et ses cuissardes, elle avoue son addiction pour les stilettos ou ses fameuses bottines rouges qu’elle porte en toutes circonstances et avec une certaine fierté.

La mode a déclaré la guerre aux politiques et tout cela dans son plus grand intérêt. Mettons-nous à rêver un instant, de parlementaires relookés généreusement, par Karl Lagerfeld ou Hedi Slimane. L’espoir fait vivre…Emmanuel Macron, au gouvernement, fait figure d’exception en affirmant un look minutieux et chiadé distançant le premier ministre qui est en pleine réinsertion stylistique après de nombreuses bévues. Plus que jamais, la mode et la politique semblent indissociables l’une de l’autre, les médias ne feront qu’accentuer cette union dans les années à venir !

Jacqueline Bijou

 

 

 

Quand l’art et la politique ne font qu’un !

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.


Dans une impasse de l’avenue Raymond Poincaré, comme le titre d’un livre signé par nos deux contemporains Pascal Bruckner et Alain Finkielkraut « Au coin de la rue, l’aventure », résume en quelques mots, le monde et l’univers artistique de Natacha Dassault. Pour sa quatrième édition, dans son antre dédié aux arts, elle nous offre un voyage ethnique, intemporel et saisissant dans des univers contrastés où dans la pièce principale le sens de sa quête prend forme. L’art Africain trône tel un Roi Dogon s’affirme et se mêle audacieusement au street art.                                           A669C16D-8337-4388-8D94-380077E4C8FA6912E9CC-CD7D-45E0-A888-FD837AE38F20De Kouka à Olivier Dassault, la politiqu’art est omniprésente que le message soit sur la beauté immanente de notre monde ou représentatif des maux de notre société.                                                                               Une âme ensorceleuse s’est bel et bien emparée de ce lieu où nos émotions se bousculent, se heurtent puis s’émerveillent de tant de beauté et de générosité. Esprit d’intérieur es-tu là ?                  Nul doute que les fées de l’art ont adoubé cette divine galerie qui marque aujourd’hui son empreinte.
Un pari réussi pour NAG Not a Gallery qui signe ici sa plus belle exposition !                                             Not a Gallery 104 AvenueRaymondPoincaré de 10h00 à 18h00 uniquement sur RDV                     L’exposition aura lieu du 13 octobre au 10 novembre 2017 en partenariat avec la fondation Montresso Art Foundation – Jardin Rouge

Emmanuel Macron : Le Kennedy français ?

Fraîchement nommé au Ministre de l’économie. Le New York Times a publié sur son site un portrait élogieux intitulé : « Emmanuel Macron, le nouveau visage du socialisme français ».

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Macron Ministre
Macron, Ministre de l’économie

Le New York Times a publié sur son site un portrait élogieux intitulé : « Emmanuel Macron, le nouveau visage du socialisme français ». Emmanuel Macron est chic, le costume impeccable et ses cheveux châtains sont au garde à vous, pas une mèche ne dépasse…Le « bogoss » de la politique si on en croit le très sérieux NY Times est un cru exceptionnel comme un un vin unique tel le « Romanée Conti 1985 ». Macron s’offre, actuellement, une bataille sans relâche contre les professions réglementées. Il nous promet une libéralisation de l’économie loin du programme de la gauche et de l’ennemi public du Bourget « La finance »…Mais ils affrontent à la fois les réformés mais aussi les frondeurs à l’intérieur du parti qui ne lui reconnaissent aucune valeur de gauche. Va-t-il résister à cette fronde interne, l’avenir nous le dira…

Fashion tweet : vu sur twitter Elégance parlementaire

La France, vitrine mondiale de la mode, de l’élégance, du goût toujours sûr. Vous connaissez la modestie française, ce sens de la mesure qui fait notre charme…. Il y a quand même un endroit où des progrès très nets restent à faire…. C’est à…l’Assemblée Nationale.
Il suffit de regarder parfois les débats pour constater que Mesdames et Messieurs les Députés, quelle que soit leur couleur politique, ont quelques déficits en matière d’élégance, d’harmonie, de choix des couleurs.

les gendarmes àSaint-TropezMr Aubert

 

Monsieur le Député Aubert, où avez-vous trouvé ce costume 3 pièces qu’on croirait sorti d’un tableau impressionniste ?
Peut-être pensez-vous le rapprochement flatteur ? Il n’en est rien !Ou alors sachant qu’aujourd’hui vous alliez défendre dans l’hémicycle les professions réglementées, vous avez décidé d’endosser la tenue du notable de province (ou du Gendarme de Saint-Tropez, au choix), pas fringant, frigant….Décidément vous n’avez ni le canotier pour nous jouer le tableau de Renoir au bord de Seine, ni le costume sombre du notaire accompli.Et votre costume ne nous rappelle aucune scène culte du film culte ci-avant cité ! 
#notable  #impressionnisme #gendarmedeSaintTropez